Dialogues avec l’ange : l’apprentissage de la liberté intérieure

Patrick Sorrel est professeur agrégé de philosophie à Grenoble

Patrick Sorrel est professeur agrégé de philosophie à Grenoble

Dans L’expérience de la liberté intérieure, Patrick Sorrel, professeur de philosophie, s’interroge sur la liberté humaine. Alors que, généralement, les hommes se plaignent d’être limités dans leurs aspirations par le monde extérieur, Patrick Sorrel estime que celui-ci n’est que « le reflet de notre monde intérieur » et en conséquence se propose de cerner au plus près l’espace de notre liberté, tout d’abord d’en définir les limites, puis d’examiner les expériences d’élargissement de la conscience, telles les thérapies psychédéliques ou chamanistes, la communication intuitive ou les expériences de mort imminente.

Parmi les pistes examinées, figure en bonne place l’aventure spirituelle de Hanna, Gitta, Lili et Joseph qui, en pleine guerre mondiale, de juin 1943 à décembre 1944, reçurent un enseignement de leurs maîtres intérieurs par le canal de Hanna. Cette expérience exceptionnelle a été relatée, on le sait, dans Dialogues avec l’ange, un livre « tellement profond, clair et authentique que toute reprise, interprétation semble être un mauvais commentaire » estime Patrick Sorrel. Il s’y essaie toutefois, et avec succès.

Il est vrai qu’il n’est pas si fréquent de s’entretenir avec des anges comme cela s’est passé à Budaliget puis à Budapest, sans drogue ni transe, simplement par la voix de Hanna qui s’efforçait de traduire en mots ce qu’elle entendait intérieurement. Il y aura ainsi quatre vingt huit entretiens au cours desquels seront révélés « Son Plan » (celui de Dieu) et la tâche de l’homme : l’élaboration du monde nouveau. (Gitta Mallasz disait « que le Nouveau était la carte de visite, la preuve du passage de l’ange »).

product_thumbnailMais précise Patrick Sorrel, il ne s’agit « ni d’un paradis post-mortem », ni d’une Terre « post-apocalyptique. » : «ce qui caractérise la nouveauté des Dialogues par rapport aux interprétations théologiques traditionnelles, c’est que le Nouveau Monde est avant tout à l’intérieur de chacun. » Et « il revient à chacun de mettre en place, dans sa propre vie et dans ses actes, le Nouveau qu’il veut voir apparaître dans le monde. » Un Nouveau sans cesse renouvelé, puisque sitôt le présent passé, il bascule dans l’ancien.
« Le Nouveau, poursuit l’auteur, est donc le fruit d’un choix individuel opéré à chaque instant, c’est le choix du mouvement par rapport à l’inertie, le choix de la voie plutôt que l’accablement sur le poids de sa vie et enfin le choix de la foi plutôt que de l’inaction conséquente au doute (…) et ce triple choix ne se reconnaît qu’à une seule chose : la Joie qui émane de la personne (…) Joie qui ne provient pas de l’individu lui-même et qui ne peut pas non plus rester en lui, elle traverse la personnalité pour rayonner dans l’acte d’aider. » La liberté intérieure, elle se situe là, dans la possibilité du choix, mais aussi dans l’acceptation d’assumer, librement, l’acte qui lui est demandé.
En somme, il s’agit pour l’homme de reconnaître et d’accepter la Transcendance et de la servir, non pas comme un esclave, mais en toute liberté, c’est à dire « produire cette adéquation, entre ce qu’il est et ce qui est, entre le soi et le monde, adéquation qui doit être sans cesse réactualisée ».

En conclusion, on peut se demander si « sortir de soi et se transcender, ce n’est pas en réalité rentrer en soi-même et retrouver son Maître intérieur ? »

Françoise Maupin

►L’expérience de la liberté intérieure peut être téléchargé gratuitement ou commandé en version papier (730 pages) chez Lulu-Press. Le chapitre sur les Dialogues avec l’ange est aux pages 455-497.
Page Facebook

Ce contenu a été publié dans L'enseignement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.